Archives du mot-clé bébé

Avoir un enfant de (presque) un an

C’est être une maman et se faire appeler «papa», c’est être un papa et se faire appeler «maman». Renard mélange les deux noms sans distinction!

C’est traverser de longues périodes où l’enfant ne sait pas lui-même ce qu’il veut. «Je veux que tu me prennes, mais ne me touches pas», semble-t-il me dire. C’est d’interminables crises de larmes, suivies d’instants magiques où il me donne le plus beau câlin du monde et des bisous bien baveux.

C’est retrouver des Cheerios dans le lit.

C’est constater que ce son qu’il ne cesse de faire, c’est un mot! «Ta» est bel et bien «tape», pour «taper dans les mains».

C’est regarder les photos prises en mai dernier et ressentir une pointe de nostalgie. En même temps, je ne voudrais pas que Renard redevienne un nouveau-né. No way José.

C’est devoir jeter à la poubelle 90% de la nourriture qu’on place devant lui. Ces temps-ci, Renard apprivoise la gravité, avec les résultats qu’on connaît.

C’est le voir devenir un petit garçon, là, devant nos yeux. Il est encore un bébé, mais plus pour longtemps. Et c’est formidable. Et ça fait peur. Et ça inspire tout un tas de sentiments contradictoires.

L’éléphant devenu poisson rouge

Dans mon ancienne vie, celle où je n’étais la mère de personne, j’étais dotée d’une mémoire quasi infinie. «Quasi», car j’oubliais tout ce qui était réellement important, comme l’emplacement de mes clés ou la date limite pour payer les factures. Ma tête était saturée du souvenir des petits moments de la vie quotidienne: je me rappelais que telle personne m’avait confié tel secret à tel endroit, et que je portais tel chandail, ou encore que telle personne (rencontrée une seule fois) était allergique à tel aliment. Je pouvais vous dire à quelle date avait eu lieu notre party de Noël d’il y a trois ans et qui y était.

Puis il y a eu ma grossesse et maintenant je ne me souviens plus de rien. L’éléphant est devenu poisson rouge. J’ai de la difficulté à me rappeler ce que j’ai mangé hier ou quand j’ai vu mes amis pour la dernière fois. Ça devient souvent ridicule: j’oublie régulièrement le prénom de Renard ou le mot de passe de ma session Windows.

J’ai donc peur d’oublier les petits détails de mon quotidien avec Renard. Il a eu 9 mois hier et déjà je ne me souviens plus quand il s’est assis tout seul pour la première fois. En plus, j’oublie de marquer ses petits exploits dans son album de bébé.

Je veux me souvenir de la lueur qui brille dans ses yeux lorsqu’il aperçoit un chat.

Du petit bruit qu’il fait pour se calmer, qui s’apparente à un ronronnement.

De son enthousiasme à l’heure du repas, surtout si l’on accepte de lui donner un tout petit bout de fromage ou s’il y a une pomme pour dessert.

Des bisous qu’il donne lorsque je m’y attends le moins.

De son entêtement à ne prononcer que la syllabe da, même si c’est parfois frustrant, mais bon, il parlera bien un jour!

De la douceur de ses joues, de l’odeur de ses cheveux.

De son rire si facile à provoquer.

Des «oh!» et des «ah!» pour tout et pour rien.

De ses petits bras qui m’entourent et de sa tête qui se repose sur mon épaule.

De ces réveils dans la bonne humeur, mais aussi de ceux plus difficiles.

Des soirs où je n’ai presque rien à faire pour qu’il tombe endormi, ainsi que des soirs où il semble avoir peur de s’abandonner au sommeil, où il me faut le bercer pendant des heures avant qu’il ferme enfin les yeux.

De nos difficultés en allaitement, des jours où j’ai envie d’arrêter.

Des tétées merveilleuses, où je me sens en parfaite harmonie avec lui, qui me motivent à persévérer jusqu’au sevrage naturel.

J’ai peur d’oublier tout ça avec ma mémoire de poisson rouge. J’espère que l’éléphant revienne un jour.

Qu’avez-vous peur d’oublier, vous?

(Crédit photo: Diana Robinson)