Avoir un enfant de (presque) un an

C’est être une maman et se faire appeler «papa», c’est être un papa et se faire appeler «maman». Renard mélange les deux noms sans distinction!

C’est traverser de longues périodes où l’enfant ne sait pas lui-même ce qu’il veut. «Je veux que tu me prennes, mais ne me touches pas», semble-t-il me dire. C’est d’interminables crises de larmes, suivies d’instants magiques où il me donne le plus beau câlin du monde et des bisous bien baveux.

C’est retrouver des Cheerios dans le lit.

C’est constater que ce son qu’il ne cesse de faire, c’est un mot! «Ta» est bel et bien «tape», pour «taper dans les mains».

C’est regarder les photos prises en mai dernier et ressentir une pointe de nostalgie. En même temps, je ne voudrais pas que Renard redevienne un nouveau-né. No way José.

C’est devoir jeter à la poubelle 90% de la nourriture qu’on place devant lui. Ces temps-ci, Renard apprivoise la gravité, avec les résultats qu’on connaît.

C’est le voir devenir un petit garçon, là, devant nos yeux. Il est encore un bébé, mais plus pour longtemps. Et c’est formidable. Et ça fait peur. Et ça inspire tout un tas de sentiments contradictoires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s