Mon nouvel amour: l’écharpe tissée de Lennylamb

Depuis la dernière fois que je vous ai parlé de portage, j’ai reçu une nouvelle écharpe tissée: une Lennylamb 100% coton dans le coloris Milonga.

Il y avait quelques problèmes avec les écharpes que j’avais déjà. L’une d’elle n’a de tissée que le nom. Dans les faits, elle est plutôt extensible et sa texture rend le nouage difficile puisqu’elle agit un peu comme un velcro. L’autre est une grace+eugene, en gaze de coton. Celle-là, je la recommande fortement aux parents qui désirent une alternative à l’écharpe extensible (comme celle de Maman Kangourou, Moby, Boba…) pour les premiers mois de vie de bébé, surtout pour traverser l’été avec un nouveau-né sans mourir de chaleur. Mais Renard n’est plus un nouveau-né, et il est maintenant ardu de bien nouer l’écharpe pour être confortable.

J’avais donc besoin d’une écharpe réellement tissée pour porter mon plus-si-petit-bébé-que-ça.

À la fin d’une journée de m****, j’ai enfin convaincu mon conjoint de faire cette folle dépense, une écharpe en grade B (avec un léger défaut que je n’ai pas encore trouvé) avec en plus un code promotionnel qui nous a donné un 15% de réduction si ma mémoire est bonne. Comme nous l’avons commandé directement de Pologne, elle a mis du temps à arriver (merci Poste Canada), mais je l’ai finalement eu dans mes mains et là, ma vie a changé.

Lennylamb Milonga
C’est elle! Pour voir les autres couleurs d’écharpe tissée de LL: c’est ici

Hein? Oui oui. J’exagère peut-être un tout petit peu de rien du tout, mais reste que d’avoir en ma possession une bonne écharpe tissée facilite mon quotidien.

Mon préformé Chimparoo Trek est idéal en sorties, lorsque je dois installer Renard rapidement, ou pour que papa porte aussi. Pour faire des tâches ménagères, toutefois, ce n’est pas le rêve. J’ai les épaules étroites et si je porte au dos, les sangles frottent sur mes bras lorsque je les tends en avant. Avez-vous déjà essayé de faire du lavage ou de laver la vaisselle avec les bras le long du corps? Moi non plus.

Avec l’écharpe tissée, je peux faire des nouages qui me permettent d’avoir les bras libres. Bon, je ne suis pas encore pro et il arrive que bébé soit trop bas, ce qui finit par me faire mal au cou, mais avec de la pratique et les bons conseils des porteuses plus expérimentées, je devrais y arriver!

Attendez-vous donc à plusieurs articles sur le portage à l’avenir, tandis que se développe mon histoire d’amour avec ma Lennylamb.

Et vous, portez-vous?

Avoir un enfant de (presque) un an

C’est être une maman et se faire appeler «papa», c’est être un papa et se faire appeler «maman». Renard mélange les deux noms sans distinction!

C’est traverser de longues périodes où l’enfant ne sait pas lui-même ce qu’il veut. «Je veux que tu me prennes, mais ne me touches pas», semble-t-il me dire. C’est d’interminables crises de larmes, suivies d’instants magiques où il me donne le plus beau câlin du monde et des bisous bien baveux.

C’est retrouver des Cheerios dans le lit.

C’est constater que ce son qu’il ne cesse de faire, c’est un mot! «Ta» est bel et bien «tape», pour «taper dans les mains».

C’est regarder les photos prises en mai dernier et ressentir une pointe de nostalgie. En même temps, je ne voudrais pas que Renard redevienne un nouveau-né. No way José.

C’est devoir jeter à la poubelle 90% de la nourriture qu’on place devant lui. Ces temps-ci, Renard apprivoise la gravité, avec les résultats qu’on connaît.

C’est le voir devenir un petit garçon, là, devant nos yeux. Il est encore un bébé, mais plus pour longtemps. Et c’est formidable. Et ça fait peur. Et ça inspire tout un tas de sentiments contradictoires.

Les dents. Les maudites dents!

Et dire qu’il n’y a pas si longtemps, je pensais qu’on exagérait l’intensité de la poussée dentaire. Les gens sont tellement dramatiques, la réalité ne doit pas être siiii épouvantable, non?

Erreur.

La première incisive de Renard est apparue la semaine dernière, le Lundi de Pâques. Heureusement que Chéri était en congé, car moi j’étais assommée par la fièvre et je n’aurais pas pu m’occuper de ce petit être qui pleurait de douleur sans arrêt. Les symptômes sont disparus dès que la dent a percé la gencive. Coup de chance!

Cette semaine, nous sommes moins chanceux.

La deuxième dent est sortie il y a 2 jours et Renard a toujours mal. Qui dit bébé qui a mal dit bébé qui ne sait pas ce qu’il veut: Renard veut que je le dépose par terre, mais que je le garde dans mes bras, il veut du lait mais hurle si je l’approche de mon sein.

Alors non, personne ne dramatise.

Le Tylenol pour soulager la douleur ne fonctionne pas. Je n’ai pas de produits homéopathiques et bien sincèrement je ne crois pas aux colliers d’ambre et compagnie. Jusqu’à présent, je ne réussis à faire oublier à Renard qu’il a mal qu’en chantant en boucle Pirouette Cacahuète. Allez savoir pourquoi.

On s’arme de patience. On essaie de ne pas trop lire ce qu’Internet a à dire sur le sujet (ah bon, à 11 mois bébé est supposé percer sa sixième dent? pitié!). On utilise les porte-bébés le plus souvent possible, question de se coller sans rester écrasée sur le divan. On boit beaucoup de café pour garder les yeux ouverts et on profite au maximum des moments où, miracle, il est de bonne humeur.

Et vous, à quel âge votre bébé a percé sa première dent? Comment ça s’est passé? Dîtes-moi qu’on survit!

Me revoilà!

Vous n’aviez peut-être pas remarqué, mais mon dernier article de blog a été publié le 12 février.

Deux mois se sont écoulés sans que je vienne faire un tour sur WordPress. C’est ça que ça fait quand on allie perfectionnisme et manque de concentration! Comme je l’avais dit sur Hellocoton, je prévoyais une série d’articles sur le baby led weaning, le portage et le cododo… Mais ça n’avançait pas, je trouvais que ce j’écrivais manquait de pertinence, j’aurais voulu tout écrire d’un jet en une seule sieste. Mais ce n’est pas comme ça que ça fonctionne, vous le savez bien! Bref, j’ai abandonné l’idée pour me mettre en tête de recommencer à zéro sur une autre plateforme.

Je vous épargne les détails, mais vous imaginez le résultat: je suis de retour sur WordPress. Tout recommencer, au beau milieu d’une phase intense du développement de Renard, ce n’est pas réaliste. Comment voulez-vous que je m’occupe de l’installation du thème, de la rédaction de pleins de nouveaux articles, du changement d’url sur les divers réseaux sociaux, pendant qu’on a un Renard en pleine angoisse de séparation? Je vous le dit, c’est mission impossible.

Durant mon absence, voici les gros changements dans la famille Cinq Cent Cinq:

  • Renard se lève en se tenant aux meubles et passe tout son temps debout. Il ne tombe plus aussitôt qu’il lâche les meubles!
  • Lundi passé, la première dent est arrivée. Elle a mal choisi sa journée, parce que moi j’étais malade et j’aurais eu de la difficulté à m’occuper d’un bébé de bonne humeur. Mais on a survécu!
  • Le vocabulaire de Renard s’élargit à une vitesse folle: il dit « maman », « papa », et « ah bon ». Il essaie très fort de dire « chat » et « Azazel » (c’est le nom de la plus vieille de nos chats, celle qui se laisse tirer la queue sans broncher), mais ça sort « fa » ou « ta » et « A-el ». C’est quand même impressionnant pour un bébé de 11 mois!
  • J’ai reçu un autre porte-bébé! Je vous en parlerai sans aucun doute dans un prochain article, elle vient tout juste d’arriver (aujourd’hui, en fait) et je l’adore déjà.

Je ne disparais plus durant 2 mois, promis!